My Black is Beautiful/Imagine A Future : pour l'avenir de nos jeunes filles (video)


Je souhaite vous parler de ce documentaire très intéressant qui évoque la représentation de la beauté noire, faussée par une image réductrice véhiculée par les médias, et source de complexes chez les jeunes filles se poursuivant parfois même chez la femme adulte.

Procter & Gamble, une multinationale américaine de biens de consommation courante, est à l'initiative de "My Black is Beautiful" (Littéralement "Ma couleur (noire) est belle") qui s'est engagé à promouvoir la beauté de la femme afro-américaine (et oui, encore de l'autre côté de la manche, vu que personne ne s’intéresse à nous, pauvres européennes!). Le mouvement encourage les femmes à définir et promouvoir leur propre standard de beauté, une beauté qui serait "le reflet de leur indomptable esprit".
Reconnaissant le lien étroit existant entre la beauté et la confiance en soi, le projet "Imagine a Future" a été lancé pour impacter, en trois ans, la vie de plus d'un million de jeunes afro-américaines, en partenariat avec l'organisation communautaire Black Girls Rock! et l'UNCF (leader de l'éducation).

"Imaginez un avenir où toutes les jeunes filles noires croient en la beauté de leur couleur de peau", est le slogan d'"Imagine a Future", né d'un constat où beaucoup de petites filles noires grandissait avec le préjugé véhiculé par leur entourage extérieur exprimant le fait qu'être noir, et surtout foncée de peau, n'était pas synonyme de beauté mais de tout un tas de choses négatives.
L'initiative tend à mettre en œuvre des actions pour que ces jeunes filles obtiennent le meilleur d'elles-mêmes et prennent confiance au travers d'interventions, de stages, de Camps de vacances ou d'outils interactifs.
Le documentaire a été diffusé pour la première fois cet été et a déjà récolté 100 000 dollars US afin de fournir des livres, des bourses d'études et donner vie à des ateliers de travail. Il a également été offert à 50 jeunes filles de participer au Black Girls Rock! Queen's Camp.



Le documentaire de 30 minutes suit une ado de 17 ans, Janet Goldsboro,vivant dans le Delaware, qui se rend en Afrique du Sud découvrir les problèmes liés à la beauté et à la confiance en soi des femmes d'hier et d'aujourd'hui. 
Des témoignages de femmes médiatiques, à la fois forts et émouvants en évoquant le passé, viennent appuyer ce voyage : Tatiana Ali (Ashley du Prince de Bel Air, vous la reconnaitrez!), Gabourey Sidibe (la fameuse "Precious"!) ou encore Gabrielle Douglas (la jeune gymnaste). Chacune, en dévoilant des anecdotes personnelles, évoquent leur vison de la beauté et leur lien avec la confiance et l'estime de soi, au delà de ce que les médias montrent.

L'objectif de ce documentaire est de modifier les mentalités, bouleverser "l'implication sociétale qui accompagne une basse estime de soi et une image négative de sa propre personne chez les jeunes filles noires, en les inspirant afin de les aider à obtenir le meilleur d'elles-mêmes".



Le documentaire étant en anglais, je vous en donne les grandes lignes pour celles qui ne parlent ni comprennent pas cette jolie langue!

Janet explique sa souffrance car plus foncée que les autres femmes de sa famille. Elle évoque les garçons qui disent préférer les filles plus claires pour "avoir de beaux enfants". "J'ai une peau foncée, des yeux noirs, un gros nez et des lèvres épaisses."
Un jour Janet s'est effondrée en pleurs "je ne suis rien, personne ne voit ce qui est bon en moi" Elle a du coup grandit en en étant persuadée. Elle ne parlait à personne et pensait être sans valeur, essayant de se faire du mal...
En participant à un stage Black Girls Rock! Janet a rencontré des filles comme elle qui lui ont redonné confiance en elle. D'habitude en retrait, elle s'est ouverte sur ses difficultés à acquérir une bonne estime d’elle-même. Elle a rencontré des filles qui la comprenaient et a commencé à s'aimer.
De retour d'Afrique du Sud, le collage qu'elle a réalisé lui a permis d'avoir un regard différent sur les femmes noires, belles et talentueuses. Elle a commencé à faire des recherches sur son histoire, celle de ses ancêtres car "à l'école, on ne nous enseigne plus ces choses là".

Anecdotes tirées des témoignages :
"en regardant mon nez qui était comme une petite boule, le prof m'a demandé si je ne voulais pas le couper pour qu'il soit moins gros"
"un coach m'a dit que je devais refaire mon nez"
"on me disais : tu ne pourra jamais trouver du travail avec des cheveux comme ça (crêpus). J'essayais juste d'être moi même" "Le message était clair : qui j'étais n'était pas suffisant."





"Un joli avenir démarre avec vous..." 

Un guide est disponible sur le site afin d'aller au delà du documentaire et prolonger (ou ouvrir) la conversation avec sa mère, sa sœur, sa fille, sa copine ou sa cousine, toutes les femmes concernées.

Des pistes de réflexions autour de l'estime de soi, la beauté et les images de la culture Pop :
- quelle définition de la beauté pour les femmes de votre entourage?
- vos cheveux vous font-ils vous sentir mieux ou moins bien?
- les médias de masse véhiculent une certaine définition de la beauté noire qui créé un complexe pour cette génération
- extensions et crèmes éclaircissantes satisfont celles qui veulent entrer dans ce moule et correspondre à cette définition imposée de la beauté
- "personne ne m'aime alors je vais apprendre à m'aimer"
- "on parle de beauté moderne, celle qu'on voit à la TV, mais on oublie d'être soi-même, la beauté se révèle au travers de son état le plus naturel"
- influence des images véhiculées par les médias?
- images positives de la femme noire suffisamment représentées dans les médias?


Gabourey Sidibe dit : "chaque jour, quand je n'aime pas quelque chose sur moi-même, j'agis. Mon amour pour moi-même se construit chaque jour un peu plus" puis évoque une activité visant à renforcer son estime :
La Liste "Je m'aime"
Il s'agit, chaque jour, de lister ce qu'on aime et ce qu'on aime moins chez soi.
Au bout d'un moment, les points positifs prennent le pas.
My Black is...
Autre activité ayant le même but : on prend quelques minutes pour définir sa couleur, sa beauté et on le note sur un post-it. On le met sur le miroir et chaque matin on affirme ce qu'on est.
Tenir un Journal personnel peut également aider.

"Ma beauté noire est : intelligente, drôle, colorée, dynamique, douce et délicieuse, fraiche, farouche, belle parce que je le dis."


N'hésitez pas à engager la discussion ou à partager cette vidéo à votre entourage. Il est important de faire comprendre à nos jeunes filles que ne pas correspondre à l'image faussée, véhiculée par les médias, de la beauté noire n'est absolument pas grave et ne doit pas créer de complexes. Une taille mannequin, un teint clair (ou miel!), des traits fins et des cheveux lisses ne définissent en rien la beauté noire, qui revêt en réalité multiples facettes appréciables et positives.


 Qu'en pensez-vous? Avez-vous eu à lutter de la sorte? Pourquoi selon vous, à une époque où le Président de cette nation est noir, une telle initiative est encore nécessaire? Comment, en tant qu'adulte, faites vous la promotion de la beauté unique de votre jeune fille? Quel conseil auriez-vous pu donner à vous-même, version plus jeune?



Commentaires